Vous êtes ici

Saismo21, association de bienfaiteurs !

" En ce bel après-midi de début de printemps, le service Saismo21 nous accueille avec bienveillance et convivialité. Une ambiance habituelle semble-t-il, même si l’objet de la rencontre est abordée avec sérieux. Ici, il s’agit d’accompagner sept jeunes trisomiques 21 bien décidés à s’instruire, à s’insérer dans la société et à préparer l’avenir. Tout un programme, suivi avec assiduité et enthousiasme par des usagers volontaires qui ont la singularité première et remarquable de dire et de vivre les choses simplement, de ne pas tricher, dans ce monde, et c’est bien dommage, pas véritablement porteur d’altruisme… " 

Née de la volonté de Benjamin

Agir pour l'inclusion Socioprofessionnelle en Milieu Ordinaire en faveur des personnes avec Trisomie 21, telle est la mission du SAISMO 21.  Créée par les membres du GEIST 21 Trisomie Manche, l’association gestionnaire est née le 22 janvier 2002, le service en 2007. Benjamin fut le premier à tester la méthode. Il en est le précurseur en quelque sorte. Le service s'adresse à des jeunes âgés de 16 à 26 ans avec trisomie 21, résidant dans la Manche. Il s'agit d’enfants ayant suivi un parcours en CLIS puis en ULIS (ex-UPI) avec des stages en milieu ordinaire ou bien ayant été réorientés par la CDAPH suite à une sortie d'IME ou d'ESAT.

L'équipe du SAISMO 21 se compose de cinq personnes. Deux conseillers en économie sociale et familiale dédiés au travail d'autonomisation dans sa vie résidentielle et sociale ; un éducateur spécialisé chargé de l'insertion professionnelle ; un psychologue qui apporte un éclairage à la réflexion d'équipe ainsi qu'un soutien psychologique au jeune et à sa famille ; un responsable administratif de service en la personne d’Elise Moure, également chargée de la formation et du travail des savoirs de base, (lecture, écriture, calcul) :

« Notre rôle est de favoriser l’autonomie de pensée et d'action des adolescents et adultes avec trisomie 21, souhaitant s’inclure dans la société, au même titre que les autres. Par ce biais, ils sont aidés et soutenus pour devenir pleinement acteurs de leur projet de vie en autonomie relative, en fonction de leurs envies, de leurs capacités, et de leurs limites ” nous explique-t-elle.

Les axes de travail du SAISMO 21 concernent l’insertion professionnelle, l’autonomie de vie résidentielle, l’autonomie de vie sociale, la formation et le maintien des acquis, des savoirs de base et l’accompagnement thérapeutique. Le service intervient sur différents domaines et accompagne le jeune dans la globalité de son projet de vie. « Nous sommes soutenus par les politiques publiques et 80 entreprises partenaires sont en mesure d’accueillir les usagers en stage ». Une convention va s’établir avec l’Agglo en repérant les métiers et les nouveaux pôles ressources capables de convenir aux travailleurs avec trisomie 21. Elise dit qu’elle pourrait parler du service et des parcours des usagers pendant des heures : « C’est une démarche courageuse de la part des parents de laisser leur enfant s’épanouir en milieu ordinaire. C’est un parcours qui demande beaucoup de volonté de la part des jeunes avec trisomie 21 mais au bout de cela, ils atteignent un réel sentiment de liberté et acquièrent une autonomie relative ». Elise Moure et ses collègues se définissent comme des facilitateurs à l’inclusion dans le milieu ordinaire. Ils sont également porte-paroles des usagers et garants des rêves et les envies de chacun même si parfois les ambitions semblent inatteignables. Il faut « oser y aller » pourrait résumer l’état d’esprit du service.

 

Benjamin et Jordan, deux exemples à suivre.

Le premier et le dernier arrivés ont accepté d’apporter leur témoignage. D’une part parce qu’ils sont heureux et fiers d’avoir fait ce choix de l’inclusion en milieu ordinaire et pour donner l’exemple à ceux qui seraient dans le même cas qu’eux, c’est à dire, qui auraient envie de vivre comme tout le monde, en volant de leurs propres ailes.

« Je travaille à Saint-Lô dans le même collège depuis quatre ans, nous dit Benjamin, comme agent d’entretien et aide de cuisine, et j’ai eu d’autres postes avant celui-là. Je suis propriétaire d’une maison. Cela fait longtemps que je ne suis plus suivi par le service mais je suis resté en contact et j’aide les plus jeunes qui veulent devenir autonomes. Je ne souhaitais pas vivre ma vie d’adulte au sein d’une structure. Je voulais quelque chose de différent, c’est pour ça que le SAISMO a été créé. Maintenant, mon rêve serait de fonder une famille ».

Jordan, lui, a rejoint le SAISMO 21 depuis presque deux ans.

« Pour le moment, je fais pas mal de stages. Je veux devenir serveur. J’apprends aussi à me débrouiller seul dans un appartement. Bon, ce n’est pas toujours simple mais ça va. Des fois, j’oublie la douche ou le brossage des dents mais c’est peut-être aussi parce que j’ai un peu la flemme ! ». Jordan l’avoue avec le sourire et sur le ton de la plaisanterie car à bien le regarder, on s’aperçoit très vite que le jeune homme entretient son look BG, (Beau Gosse). Sa bonne humeur, son énergie sont communicatives. Sa philosophie aussi : « Le week-end je rentre à Cherbourg chez mes parents. J’aime écouter les oiseaux, la mer. C’est ça la vie ».

 

Quand, pour finir, nous abordons le sujet des difficultés qu’ils rencontrent, Benjamin et Jordan expriment à peu près la même chose : « Il n’y a pas vraiment de problèmes à surmonter. Ce que l’on veut c’est l’autonomie, être comme les autres, avoir des amis et une famille, sortir, s’amuser. Le plus dur, c’est d’accepter la moquerie… » À bon entendeur…  

 

SAISMO21
37 rue de Villedieu - 50000 Saint-Lô
02 33 56 78 19 - contact@saismo21.fr