Vous êtes ici

La société Normand'Asie Gourmet et sa marque N'OYE

N’OYE : amour, mixité et territoire concentrés dans une bouteille

Créée le 1er juillet dernier à Saint-Lô, la société Normand’Asie Gourmet a inauguré sa marque « N’OYE » dans la zone du Bois-Ardent, à Saint-Lô, jeudi 19 octobre. Histoire de sauces franco-asiatiques à l’avenir prometteur.

Du quotidien au lancement

« Et si on le faisait ? » Il y a deux ans, Jean-Pierre Boucey se réveille en pleine nuit avec cette idée : commercialiser les recettes élaborées par son épouse Julie, qui ravissent les papilles de leurs proches depuis des années. Plus particulièrement des sauces franco-asiatiques, qui s’inspirent de son pays d’origine, le Laos, et de la traditionnelle vinaigrette française. Une découverte gustative, fruit d’une mixité culturelle défendue par le couple. « Ce sont les créations de Julie, moi, je les mets juste en musique pour qu’elles aient une existence dans les assiettes du plus grand nombre. »

« Et si on le faisait ? »

Encouragés par des amis professionnels cuisiniers, Jean-Pierre et Julie décident de sauter le pas. « C’était une opportunité de changer d’environnement, un nouveau challenge, qui me permettait également de passer plus de temps avec ma famille » concède Jean-Pierre, papa de deux enfants et ancien cadre chez Johnson & Johnson, vaste entreprise américaine de cosmétiques.

Respecter chaque étape

Parce que c’est un gros investissement, et qu’il sait que rien ne sera facile, Jean-Pierre Boucey respecte scrupuleusement chaque étape pour mener son projet à bien. Première approche avec l’EM Normandie à Caen, afin de mener une étude de marché. Prometteuse. Il se forme également à la création d’entreprise pendant 140 heures à la Chambre des métiers et de l’artisanat à Coutances. L’occasion de prendre de nombreux contacts, essentiels pour une start-up. En parallèle, il s’adresse à l’association Initiative Centre Manche, qui, convaincue, lui accorde un prêt d’honneur de 8000 euros.

« Il me fallait un labo de qualité, j’ai frappé à la porte d’Actalia »

Mais lancer un produit alimentaire, fut-il innovant, nécessite surtout un sérieux dans sa conception. Avec plus d’une dizaine d’ingrédients par bouteille, la mise en place requiert de la technicité. Jean-Pierre frappe à la porte d’Actalia, centre d’expertise agroalimentaire reconnu, de Saint-Lô. « Il me fallait un labo de qualité. On a proposé les produits au pôle innovation, et ça a marché, on a signé une convention. »

Des sauces biphasées

Pour produire en grand nombre, l’installation est également primordiale. « J’avais un choix à faire entre Saint-Lô et Granville… Pour moi, c’était une décision stratégique : une structure routière qui offre des perspectives intéressantes, mais surtout, quand on parle agroalimentaire dans la Manche, c’est Saint-Lô qui s’impose. » Jean-Pierre Boucey contacte alors le Pôle aménagement du territoire, innovation & développement de Saint-Lô Agglo, qui lui propose l’emplacement idéal : zone du Bois-Ardent, dans les anciens locaux de l’Esix, aux côtés, notamment, d’Actalia et de l’Enil

« Quand on parle agrolimentaire dans la Manche, c’est Saint-Lô qui s’impose »

Depuis mi-août, la production est lancée. « J’ai eu de la chance parce que l’Agglo m’a doté d’un outil de travail qui répond aux exigences des distributeurs : des produits sécurisés, bons et transparents » soulignait Jean-Pierre Boucey, lors de l’inauguration, jeudi 19 octobre dernier. Des sauces biphasées (moitié solide, moitié liquide), prêtes à l’emploi et produites au jour le jour.

Et pour la suite…

Pour le moment, trois recettes ont été élaborées : la sauce saté, la sauce gingembre, ainsi que la sauce sésame et piment du Japon. 1000 flacons au design élégant déjà produits grâce au soutien de travailleurs de l’ESAT de Condé-sur-Vire, qui ont travaillé activement à l’épluchage des produits frais et la mise en bouteille. Sans eau, sans conservateurs, ni émulsifiants, le couple mise avant tout sur la qualité…et se prépare désormais à commercialiser en grande distribution.

« Je tiens à vous remercier pour votre mobilisation et votre passion, parce que c’est réellement ce genre d’initiatives que nous souhaitons voir développer sur le territoire » saluait, Gilles Quinquenel, président de Saint-Lô Agglo, lors de l'inauguration.

Le saviez-vous ?

N’OYE, veut dire « Petite » en Laotien. Avant d’être une marque, c’est en effet le surnom affectif de Julie, cadette de sa famille, que lui donnait son papa au Laos. Une façon pour le couple de proposer la petite dernière des sauces mais aussi la petite qui fait beaucoup d’effet…

Propos recueillis par Amélie HEURTAUX


Informations

Site Web

Page Facebook